Daniel Goleman, Cultiver l'intelligence relationnelle
La supériorité du sourire

Paul Ekman * a identifié dix-huit manières de sourire, qui sont toutes des permutations des quinze muscles faciaux nécessaires.
En voici quelques exemples :
- un pauvre sourire se greffe sur un air malheureux pour exprimer la résignation ;
- un sourire cruel manifeste le plaisir que donnent la colère et la méchanceté ;
- et puis il y a le sourire si particulier de Charlot, qui met en jeu un muscle que la plupart des gens ne maîtrisent pas consciemment, un sourire qui, comme le dit Ekman, "sourit à l'acte de sourire".
Il y a aussi bien sûr les vrais sourires de plaisir ou de gaieté.
Ce sont les plus aptes à provoquer des sourires en retour, signalant le travail des neurones miroirs réservés à cet effet.
Selon un proverbe tibétain : "Lorsque tu souris à la vie, la moitié du sourire est pour ton visage, l'autre moitié pour quelqu'un d'autre".

Le sourire a un avantage sur toutes les autres expressions, car le cerveau humain préfère les visages heureux, les reconnait plus volontiers et plus vite que tous les autres.
Certains spécialistes des neuro-sciences pensent qu'il existe dans le cerveau un système réservé aux sentiments positifs, qui reste activé en permanence,
et nous permet d'être plus souvent optimistes que pessimistes, d'avoir une vision positive de la vie.
Cela implique que la nature tend à favoriser les relations positives.En dépit du rôle prépondérant de l'agressivité dans les affaires humaines, nous ne serions pas prédisposés à rejeter spontanément les autres.
...
De fait, le rire est certainement la plus courte distance entre deux cerveaux, un phénomène de contagion irrésistible qui crée un lien social instantané.
Prenez par exemple deux adolescentes : plus elles s'amusent et pouffent de rire ensemble, plus elles deviennent amies, se synchronisent, s'animent et sont
heureuses de se retrouver, bref, plus elles entrent en raisonnance. Ce qui, aux yeux des parents, peut passer pour de l'hystérie stupide représente pour ces filles
un délicieux moment de connivence.



* Paul Ekman, éminent psychologue du XXe siècle, pionnier dans l'étude des émotions dans leurs relations aux expressions faciales.